mercredi 19 mars 2014

Pousser des cris d'orfraie

Ces derniers temps, la moindre affaire politico-médiatique fait pousser tant de cris d'orfraie (et non d'orfèvre, comme déjà entendu !) que c'en est assourdissant.
Mais d'où vient cette bruyante expression ? 
Sachez, tout d'abord, qu'orfraie vient du latin ossifraga, "qui brise les os", et qui est aussi à l'origine du mot effrayer. On en perdrait son latin.
Car l'orfraie est aussi le nom d'un rapace qui se nourrit de poissons... Mais dont le cri n'a rien d'effrayant.
Ah. Il y aurait donc comme un malentendu, là. Ou plutôt une confusion "phonétique", ce qui ne serait pas une première dans la langue française. Car il semblerait qu'à l'origine, on faisait allusion au cri de l'effraie (la chouette) qui, lui, est perçant, voire inquiétant, surtout une nuit sans lune au fond des bois. L'expression, apparue au XVIe siècle, a été conservée malgré l'erreur sur la personne (ou plutôt le volatile).
Bon, il n'y a pas de quoi pousser des cris d'orfraie, ni en faire tout un fromage. N'est-ce pas, maître Corbeau...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire